Musiques et chocolat

Pièces pour flûte csakan et quator à cordes

Hugo Reyne, flûte csakan
Philippe Couvert, violon
Franck Pichon, violon
Jean-Luc Thonnérieux alto
Dominique Dujardin, violoncelle

Ce programme est habituellement proposé avec le concours d’un chocolatier pour recréer l’ambiance d’un salon viennois au début du XIXe siècle (dégustations de chocolats à croquer entre les pièces et dégustation d’un chocolat chaud en fin de concert)


Le csakan est à l’origine une flûte à bec canne alliant le bâton et la flûte du berger provenant de Hongrie. Il est devenu un instrument très en vogue et s’est répandu à Vienne à partir de 1806 où il a été perfectionné sous l’impulsion de son inventeur, Anton Heberle. Il existe un répertoire important pour cet instrument sur lequel Hugo Reyne a fait de nombreuses recherches dans les bibliothèques d’Europe Centrale. Ce programme de viennoiseries musicales offre une musique chaleureuse et raffinée ponctuée de musiques de danse (valse, polonaise).

«  L’ensemble musical, installé à la Chabotterie, a débuté sa nouvelle saison de concerts par un programme tout en douceurs, intitulé Musique et Chocolat. Aux mélodies agréables de la flûte hongroise (csakan ou flûte canne) se sont succédés, à la manière des salons viennois du XIXe siècle, des dégustations de chocolats. Un véritable moment de plaisir que le public n’a pas manqué d’apprécier et de savourer. (…) Un délice pour les sens que les spectateurs ne sont pas prêts d’oublier. » Rachel Bertrand, Vendée Matin

 

Anton Heberle (c. 1770-c.1820) :
Sonate brillante (1810) Adagio (csakan seul)
Andante con variationi (1807) Csakan et quatuor à cordes

Karl Scholl (1778-1834) :
Quartetto (c.1813)
Csakan et trio à cordes
Allegro, Romance andante, Menuetto et Trio, Rondo allegretto

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) :
Quatuor en ré majeur K285, 1777
Allegro, Adagio, Rondeau
Pour flûte et trio à cordes

Ernest Krähmer (1795-1837) :
2e Concert Polonaise, opus 13 (1826)
Csakan et quatuor à cordes
Introduzione, Tempo di Polacca


Fiche technique : 5 chaises, 5 pupitres – Engagement d’un chocolatier à définir en fonction des lieux